Ciné-crash

« Coup de Cœur » :  la comédie musicale qui coula Coppola

av Ciné-crash | Publicerades 3/17/2020

Passé tout près du gouffre avec les innombrables catastrophes du tournage d'Apocalypse Now, qui faillirent bien terrasser à jamais ses finances et sa raison, Francis Ford Coppola voulait faire de Coup de cœur l'antithèse absolue de son épopée vietnamienne. À savoir : une petite comédie musicale romantique commerciale, entièrement tournée en studios, non loin de chez lui et qui rentrerait rapidement dans ses frais. Peine perdue. Inspirée de sa propre histoire conjugale tourmentée, la bluette annoncée et revendiquée se transforma en projet expérimental hors norme aux décors monstrueusement chers, à la photographie ultra-perfectionniste et au budget démesuré. À travers la rupture d'un couple de gentils losers de Las Vegas, un soir de fête nationale, Coppola entendait aussi rendre hommage à toute une tradition de l'âge d'or de la comédie musicale, des maîtres Busby Berkeley et Stanley Donen à Vincente Minnelli, tout en intégrant l'esthétique du vidéo-clip alors en plein essor. La critique et le public américains, totalement déroutés par un film aussi radicalement différent d'Apocalypse Now (et qui plus est tourné en format carré), vont brutalement bouder Coup de cœur, qui sera retiré de l'affiche au bout d'à peine quelques jours. Le cruel échec de l'aventure aura des répercussions catastrophiques et sans retour pour la carrière de Coppola, qui avait pris ici encore plus de risques financiers personnels que pour Apocalypse Now – ce dernier s'étant, sur la longueur, finalement révélé une excellente affaire. Avec Coup de cœur, Ciné-Crash plonge dans les coulisses d'un rocambolesque ratage qui, avec La Porte du Paradis de Michael Cimino, signa définitivement la fin d'une ère de liberté dans l'industrie mais reste pourtant l'une des œuvres majeures et les plus visionnaires de son auteur. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Om Podcasten

Désastres au box-office ou films assassinés par la critique, voire les deux en même temps : plongez dans l’odyssée des Waterloo du cinéma pour mieux les réhabiliter (ou pas !). Par Philippe Guedj