Ciné-crash

1941 : la farce guerrière que l’Amérique ne pardonna pas à Spielberg

av Ciné-crash | Publicerades 10/28/2019

C’est, à ce jour, son film le plus fou, spectaculaire, nihiliste et politiquement incorrect : 1941, colossale farce raillant le patriotisme américain, dans une succession de gags et d’explosions qui ne fit rire (presque) personne outre-Atlantique. Sorti en 1979, cet ovni frappadingue raconte comment, quelques jours après l’attaque japonaise contre Pearl Harbor en décembre 1941, la population de Los Angeles va plonger dans une crise de nerfs collective toute une nuit durant, persuadée de l’imminence d’une nouvelle agression. S’appuyant sur un script signé des futurs auteurs de Retour vers le futur, Spielberg se moque de tout et tout le monde, les militaires comme les civils (tous hystériques et paranoïaques), égratigne le racisme anti-japonais de l’époque et multiplie les destructions jusqu’au vertige. Le film a beau toujours embarrasser son auteur, 1941 est une pépite à redécouvrir de toute urgence pour toutes ses incroyables audaces formelles, humoristiques et politiques. Il ne pouvait forcément que se crasher sur le mur du box-office, ce qu’il fit, tel un zéro japonais totalement kamikaze. Et donc faire l’objet d’un retentissant Ciné-Crash ! For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Om Podcasten

Désastres au box-office ou films assassinés par la critique, voire les deux en même temps : plongez dans l’odyssée des Waterloo du cinéma pour mieux les réhabiliter (ou pas !). Par Philippe Guedj