Ciné-crash

Las Vegas, sexe et patriarcat : Showgirls, le film maudit de Paul Verhoeven

av Ciné-crash | Publicerades 9/23/2019

En 1995, le réalisateur à succès de Basic Instinct connu un revers terrible avec cette vision sulfureuse et glauque de la ville du péché. Un scandale que l’Amérique ne lui pardonna pas. Patatras ! Alors qu’il surfait sur trois succès consécutifs majeurs aux Etats-Unis (Robocop, Total Recall et Basic Instinct), le cinéaste hollandais Paul Verhoeven rencontra le pire échec de sa carrière avec le spectaculaire Showgirls. Sorti en 1995, ce film au scénario écrit par Joe Eszterhas (déjà auteur du script de Basic Instinct) suit la trajectoire d’une vagabonde aux dents longues, Nomi Malone (Elizabeth Berkley), débarquant à Las Vegas avec la ferme intention de gravir les marches de la gloire comme danseuse de revue. A travers ses yeux pas si innocents, Verhoeven nous fait découvrir les arrières cuisines du rêve américain et, accessoirement, de la ville lumière du Nevada : sexe, drogue, violence, domination masculine… Incroyablement cru pour une production de studio, Showgirls dresse de Las Vegas un portrait à la fois glaçant et tape-à-l’oeil, vulgaire et tragique, au gré d’une mise en scène aussi virtuose que les époustouflants numéros dansés du film. Précurseur à plus d’un titre, ce brûlot torride va horrifier la critique, qui voit en lui un ratage odieusement misogyne et racoleur. Four commercial qui coûtera sa carrière à sa jeune actrice principale (et faillit bien ruiner celle de Verhoeven), Showgirls a heureusement connu, au fil des ans, un étonnant retour de bâton positif, devenant même un succès en vidéo, perçu aujourd’hui comme une des oeuvres les plus importantes du cinéma des années 90. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Om Podcasten

Désastres au box-office ou films assassinés par la critique, voire les deux en même temps : plongez dans l’odyssée des Waterloo du cinéma pour mieux les réhabiliter (ou pas !). Par Philippe Guedj