Ciné-crash

“Les aventures de Jack Burton, dans les griffes du mandarin” : la folie kung-fu qui mit KO John Carpenter

av Ciné-crash | Publicerades 1/8/2020

Réalisateur phare du cinéma fantastique américain, au travers d’oeuvres telles que Halloween, New York 1997, The Thing ou encore Christine, John Carpenter tenta, au cours des années 80, d’évoluer des petites productions de ses débuts vers le blockbuster classique. Après un premier échec retentissant chez Universal avec le pourtant magnifique The Thing en 1982, laminé par E.T au box-office, Carpenter eut une seconde chance au milieu de la décennie avec Les Aventures de Jack Burton, dans les griffes du mandarin (Big Trouble in Little China en V.O). Pour le studio Fox, distributeur du projet, le film aurait dû lancer une nouvelle franchise avec un héros clairement pensé comme un concurrent à Indiana Jones, le déjà mythique aventurier de Spielberg faisant les beaux jours de Paramount. Incarné par Kurt Russell, Jack Burton est une caricature de routier gouailleur et beauf qui, pour aider son ami Wang Chi (Dennis Dun), va devoir contrer les sombres projets d’un sorcier maléfique régnant dans les entrailles du Chinatown de San Francisco. John Carpenter, lui, s’aventurait ici dans sa première comédie d’action, après s’être essayé au road movie romantique avec un relatif succès commercial et critique dans Starman (1984), oeuvre du studio Columbia produite par Michael Douglas. Hommage aux films de sabre et de kung fu des années 60/70 qui ont bercé Carpenter, Les aventures de Jack Burton fut envisagé par le cinéaste avec une ironie et un second degré qui, hélas, passèrent complètement au-dessus de la tête du public et, pire encore, de la 20th Century Fox qui le priva d’un véritable soutien marketing à sa sortie, en plein été 1986. Ciné-Crash #4 revient sur la genèse, le destin puis la rédemption de ce film maudit, désormais considéré comme un classique du fantastique - tout comme The Thing. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Om Podcasten

Désastres au box-office ou films assassinés par la critique, voire les deux en même temps : plongez dans l’odyssée des Waterloo du cinéma pour mieux les réhabiliter (ou pas !). Par Philippe Guedj