Ciné-crash

Valérian et la cité des mille planètes : Luc Besson perdu dans l’espace

av Ciné-crash | Publicerades 12/3/2019

Après le triomphe international de Lucie en 2014, Luc Besson lance toutes ses forces et celles d’EuropaCorp dans une passion qui va s’avérer destructrice : Valérian et la Cité des Mille planètes. Un blockbuster à la française au budget à l’américaine de 197 millions d’euros, pulvérisant le précédent record de tous les temps pour un film hexagonal - détenu jusqu’ici par Astérix aux Jeux olympiques, avec 78 millions. Projet de longue date du réalisateur/producteur/scénariste, fan depuis toujours des BD de Mézières et Christin dont s’inspire le film, Valérian et la cité des mille planètes raconte les aventures, en l’an 2740, des agents spatio-temporels Valérian et Laureline, en mission à bord de l’immense station cosmique itinérante Alpha, qui abrite des millions de races à la fois humaines et extra-terrestres. Scénario nébuleux, acteurs au charisme d’endive (Dane DeHaan et Cara Delevingne ne sont clairement pas à la hauteur), effets spéciaux spectaculaires mais étrangement datés, narration chaotique… Malgré une critique française curieusement bienveillante en mode patriotique, le résultat relève du ratage intersidéral, sanctionné par un échec international - sauf en France avec 4 millions d’entrées, un score ceci dit bien lointain des étoiles initialement visées. Par où Besson a-t-il péché ? Valérian a-t-il connu un échec injuste ? Mériterait-il une seconde chance ? Ciné-crash ré-ouvre le dossier ! For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Om Podcasten

Désastres au box-office ou films assassinés par la critique, voire les deux en même temps : plongez dans l’odyssée des Waterloo du cinéma pour mieux les réhabiliter (ou pas !). Par Philippe Guedj