Vénus s'épilait-elle la chatte ?

Frida Kahlo, au-delà du mythe 1/2

av Vénus s'épilait-elle la chatte ? | Publicerades 2/5/2020

Pour ce premier épisode consacré à Frida Kahlo, j'ai eu le privilège de rencontrer Hilda Trujillo, directrice de la Casa Azul, la fameuse maison bleue où l'artiste est née, et qui abrite aujourd'hui le musée Frida Kahlo de Mexico. Cette rencontre est partie de l'envie de comprendre comment cette artiste racisée, handicapée, bisexuelle et anticapitaliste est devenue l'icône aseptisée qu'on retrouve sur les porte-clés et les serviettes de plage du monde entier.  Pendant près de 30 ans, Frida Kahlo a créé une œuvre sans précédent et sans équivalent dans l'histoire de l'art, basée sur son vécu, son rapport à son pays et l'histoire de son corps meurtri. Malgré la richesse et le caractère unique de son œuvre, on connait assez peu ses tableaux, bien qu’on voie son visage partout. Ces deux épisodes ont pour vocation de mieux connaitre sa vie et son travail, qui sont indissociables, et de déconstruire un certain nombre de mythes autour de cette artiste devenue malgré elle et après sa mort support de fantasmes, d’appropriations et d'opérations marketing en tous genres.  Ce premier épisode consacré à Frida Kahlo revient notamment sur le dramatique accident qui a bouleversé sa vie et durablement marqué son œuvre, son rapport à la maternité, l’importance des traditions mexicaines dans son travail, et son engagement en faveur des populations autochtones dans un Mexique en pleine lutte pour sa décolonisation culturelle.  Toutes ces facettes de Frida Kahlo sont explorées grâce à l'expertise d'Hilda Trujillo qui connait ses archives mieux que personne, à l'excellente biographie d'Hayden Herrera et au très recommandable film de Julie Taymor avec Salma Hayek, tourné à Casa Azul et très fidèle à la réalité historique.  Pour acheter l'Agenda Malpoli c'est ici https://fr.ulule.com/lagenda-malpoli Écriture, réalisation et narration : Julie Beauzac  Doublage : Corinne Guédet  Prise de son du doublage : Fanny Cohen-Moreau Mixage : Laureline Dabbadie  Musique : Kumbia Queers, Chica de calendario, 2007, © 2015 Horario Invertido  © Josh Woodward, Sugar on My Tongue (Instrumental), 2009 Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 © Tous droits réservés  Les œuvres sont à retrouver sur Instagram Références  2’12 Hayden Herrera, Une biographie de Frida Kahlo, Flammarion, 2013 2'15 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 7’24 Guillermo Kahlo, Autoportrait nu, non daté, Mexico, Musée Frida Kahlo 8’14 Frida Kahlo, Autoportrait au collier d'épines et colibri, 1940, Austin, Harry Ransom Center 13’17 Frida Kahlo, Racines, 1943, collection privée 13’58 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 14’24 Frida Kahlo, Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, 1932, collection privée 14’48 Frida Kahlo, Le marxisme donnera la santé aux malades, ca 1954, Mexico, Musée Frida Kahlo / Frida Kahlo, Staline et moi, 1954, Mexico, Musée Frida Kahlo 17’18 Frida Kahlo, Ma robe est suspendue là-bas, 1933, collection privée 18’03 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 20’25, Frida Kahlo, Frida et la fausse couche, 1932, Mexico, Musée Dolores Olmedo 21’07 Frida Kahlo, L’hôpital Henry Ford, 1932, Mexico, Musée Dolores Olmedo 21’44 Frida Kahlo, Les apparences sont trompeuses, 1934, Mexico, Musée Frida Kahlo 21’51 Frida Kahlo, La colonne brisée, 1944, Mexico, Musée Dolores Olmedo 23’10 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 24’45 Frida Kahlo, Viva la vida – Pastèques, 1954, Mexico, Musée Frida Kahlo 24’49 Frida Kahlo, Journal, Mexico, Musée Dolores Olmedo 25’32 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Om Podcasten

Pourquoi les musées sont remplis de femmes nues à côté d’hommes habillés ? Pourquoi les grands génies sont tous des hommes ? Pourquoi l’art représente autant de scènes de viol ? Pourquoi on oublie souvent de parler des personnages noirs dans les tableaux ? Et pourquoi Picasso était-il si méchant ?  Vénus s'épilait-elle chatte déconstruit l’histoire de l’art occidentale, en proposant un point de vue féministe et inclusif. Largement basé sur le patriarcat et la colonisation, l’art a contribué à normaliser la domination masculine et la blanchité comme la référence unique et neutre, et c’est important d’en parler, pour mieux comprendre ce qu’on regarde, et se réapproprier tout ce patrimoine commun. Au programme : un épisode par mois avec à chaque fois un.e spécialiste de la question. Écriture et réalisation : Julie Beauzac Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 Musique : Kumbia Queers, "Chica de calendario", ("Kumbia Nena, 2007), © 2015 Horario Invertido Records © Tous droits réservés