Vénus s'épilait-elle la chatte ?

Représenter les noir·es : le regard blanc

av Vénus s'épilait-elle la chatte ? | Publicerades 6/3/2020

Pour aborder cet aspect trop peu connu de l'art occidental j’ai eu le plaisir de recevoir Naïl Ver-Ndoye, co-auteur avec Grégoire Fauconnier de Noir, entre peinture et histoire. Ensemble on a notamment parlé de whitewashing (10'59), de canons de beauté (33'43), de la façon dont les images de propagande construisent le récit national et de l’enseignement de l’histoire encore très empreint de mentalité coloniale (07'30), de l’hypersexualisation des corps noirs (17'01), du racisme scientifique et de la construction de l’altérité (21'11), de l’exposition « le Modèle noir » au musée d’Orsay (26'33) et de Joséphine Baker (22'18). Pour acheter l'Agenda Malpoli c'est ici https://fr.ulule.com/lagenda-malpoli Écriture, réalisation et narration : Julie Beauzac  Mixage : Laureline Dabbadie  Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 © Tous droits réservés  Les œuvres sont à retrouver sur Instagram Musique Kumbia Queers, Chica de calendario, 2007, © 2015 Horario Invertido  Josh Woodward, Sugar on My Tongue (Instrumental), © 2009 Fela Kuti, Colonial Mentality, 1977, Knitting Factory, ℗ 2009 Fela Anikulapo-Kuti Estate Kft © 2009 Fela Anikulapo-Kuti Estate Kft Beyoncé et Jay-Z, Apeshit, 2018, © Parkwood, Roc Nation, Sony, SC Abd al Malik, Le jeune noir à l’épée, 2019, © Flammarion / Présence africaine / Musées d'Orsay et de l'Orangerie  Camayenne Sofa, M’Badenu, 2011, ℗© Bolibana Inedits Œuvres mentionnées Édouard Manet, Olympia, 1863, Paris, Musée d’Orsay Eugène Devéria, La réception de Christophe Colomb par Ferdinand et Isabelle, 1860, Clermont-Ferrand, Musée d'Art Roger Quilliot École flamande, La fontaine du roi, 1580, Lisbonne, Musée Berardo Thomas Jones Barker, Le secret de la grandeur de l’Angleterre (La reine Victoria tendant une bible à un africain), ca 1862-63, Londres, National Portrait Gallery François-Auguste Biard, L’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, 1849, Musée du château de Versailles Giorgio Vasari, Portrait d’Alexandre de Médicis, ca 1534, Florence, Musée des Offices Pontormo, Portrait d’Alexandre de Médicis, ca 1534-35, Philadelphie, Museum of Art William Hoare of Bath, Ayuba Suleiman Diallo (Job ben Solomon), 1733, Londres, National Portrait Gallery Anne-Louis Girodet, Portrait de Jean-Baptiste Belley, 1797, Musée du château de Versailles Christiaen van Couwenbergh, Scène de mœurs, 1632, Strasbourg, Musée des Beaux-Arts Jean-Léon Gérôme, Le bain maure, 1870, Boston, Museum of Fine Arts Jean-Marc Nattier, Mademoiselle de Clermont en sultane, 1733, Londres, Wallace Collection Sophie-Ernestine de Tott, Ourika, 1793, collection privée Véronèse, Les noces de Cana, 1563, Paris, Louvre et Le repas chez Lévi, 1573, Venise, Galerie de l’Académie Albrecht Dürer, Portrait de Katherina, 1521, Florence, Musée des Offices Antoine Watteau, Trois études de jeune homme, début du 18e siècle, Paris, Louvre Marie-Guillemine Benoist, Portrait de Madeleine, 1800, Paris, Louvre   Sources et liens - Les données démographiques sur la présence des noir-es en Europe au 16e siècle sont celles mentionnées par Antonio de Almeida Mendes, maître de conférences à l’Université de Nantes, qui intervient dans le 2e épisode de l’excellent documentaire de Fanny Glissant, Les routes de l’esclavage (33’30). - Si l’esclavage est officiellement aboli dans les colonies françaises en 1848, le travail forcé dans les pays colonies françaises d’Afrique est maintenu jusqu’en 1946. Plus d'informations dans cet article de Babacar Fall - Pierre Loti (1850-1923) est un écrivain français connu pour ses récits de voyages. L’extrait lu est tiré du Roman du spahi, écrit en 1881. - Extrait du journal de France 2 du 26 mai 2018 sur Mamadou Gassama - Sur le racisme et l’hypocrisie du traitement médiatique réservé à Mamadou Gassama cet article de Yasser Louati pour Mediapart. - L’exposition Le modèle noir, qui s’est tenue au Musée d’Orsay au printemps 20...

Om Podcasten

Pourquoi les musées sont remplis de femmes nues à côté d’hommes habillés ? Pourquoi les grands génies sont tous des hommes ? Pourquoi l’art représente autant de scènes de viol ? Pourquoi on oublie souvent de parler des personnages noirs dans les tableaux ? Et pourquoi Picasso était-il si méchant ?  Vénus s'épilait-elle chatte déconstruit l’histoire de l’art occidentale, en proposant un point de vue féministe et inclusif. Largement basé sur le patriarcat et la colonisation, l’art a contribué à normaliser la domination masculine et la blanchité comme la référence unique et neutre, et c’est important d’en parler, pour mieux comprendre ce qu’on regarde, et se réapproprier tout ce patrimoine commun. Au programme : un épisode par mois avec à chaque fois un.e spécialiste de la question. Écriture et réalisation : Julie Beauzac Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 Musique : Kumbia Queers, "Chica de calendario", ("Kumbia Nena, 2007), © 2015 Horario Invertido Records © Tous droits réservés